Accueil Articles Interview de Lydiana, médium.
Interview de Lydiana, médium. Imprimer Envoyer


Ce site, dédié en grande partie à la TCI, offre aux personnes en deuil des informations leur permettant de contacter leurs aimés de « l'autre côté » du voile.
Ce type de contact n'est pas facile et demande souvent patience et persévérance mais quelle joie lorsque l'on entend quelques mots provenant de nos êtres chers !

Parmi les autres moyens d'entrer en contact avec eux, il y a aussi moins direct certes, mais souvent riche en informations, la possibilité de consulter un médium qui vous aura été recommandé, de préférence, pour éviter de fâcheuses déconvenues. 
Pour mieux comprendre ce phénomène j'ai demandé à une médium très douée et fort sympathique de surcroît, de me parler de son art et de l'itinéraire qui l'a conduite à l'exercer.

Lydiana me reçoit donc très aimablement malgré un emploi du temps surchargé et pour commencer me parle de ses débuts, des premières manifestations de ce talent si particulier qui, fort heureusement n'a jamais été bloqué, personne ne lui ayant jamais « mis des bâtons dans les roues ». Elle a donc pu vivre certains évènements étranges sans se sentir mal à l'aise ou coupable.
En effet, à l'âge tendre de 5 ans elle voyait déjà des personnages de l'Autre Monde, en l'occurrence une forme blanche qu'elle identifiait comme son ange gardien. Même ses petites amies ne s'étonnaient plus de la présence de cette entité pour laquelle l'enfant tenait la porte du jardin ouverte !
D'autres incidents révélaient des présences occultes, par exemple, un pot de colle bien posé au milieu d'une table se mit à se déplacer et se fixa même sous la table ! La petite fille terrorisée n'osa plus bouger jusqu'à l'arrivée de sa maman. A cette époque également elle souffrait de maux de tête intenses qui ne se calmaient que lorsqu'elle écrivait des poèmes en écriture inspirée qui lui firent d'ailleurs gagner un concours de poésie... qui pouvait bien en être l'inspirateur? Je n'ai pas posé la question.

Plus tard, une tante très férue de spiritisme et grande voyageuse lui racontait les expériences de médiumnité qu'elle avait vécues à l'étranger et l'emmenait souvent dans une salle parisienne où l'on pratiquait des voyances publiques. L'une de ces voyantes lui prédit, alors qu'elle n'avait que 13 ans, qu'elle irait loin dans ce domaine.
D'autres personnes lui firent les mêmes réflexions, en particulier une grande médium intervenant dans ces réunions qui guida la jeune fille dans ce monde extraordinaire et l'aida dans ses premiers pas.
Mais pourtant il était difficile à la jeune fille de tenir compte des messages qu'elle recevait pour elle-même ou ses proches et parfois elle fut amenée à le regretter ! En effet si elle avait été plus attentive elle aurait pu éviter un accident dont elle fut victime un jour. Être douée de telles facultés n'empêche pas d'éprouver quelques appréhensions, ce qui est bien compréhensible chez une jeune personne qui s'interroge encore sur ses dons.

Cependant Lydiana, comme toute jeune fille « normale » travailla d'abord dans d'autres secteurs. Elle  fut employée dans un journal pendant sept ans, ce qui d'ailleurs lui avait été prédit avec une grande précision.
Au cours de ces années elle se rendait fréquemment à des séances de voyance publiques en tant que consultante et s'aperçut qu'elle aussi recevait des informations concernant des personnes présentes.
On l'encouragea donc à se mettre « de l'autre côté » et petit à petit les consultants se firent nombreux même si notre nouvelle recrue s'efforçait de rester discrètement à l'arrière-plan ! Son succès, révélé par des files d'attente de plus en plus longues, provoqua d'ailleurs une certaine jalousie parmi ses confrères.
Pour affiner et développer ses capacités la jeune femme bénéficia des conseils d'un maître soufi qui lui enseigna diverses techniques comme le vide mental pour favoriser la concentration. Il lui fallait aussi pratiquer différents exercices comme de noter sur un cahier les réflexions qui lui venaient.
Toutes ces techniques et ces conseils lui furent très précieux mais pour elle l'essentiel reste la prière car « sans prière » déclare-t-elle, « je n'ai rien ».
Il lui faut se mettre en harmonie, en osmose avec le divin sans quoi rien n'est possible. Lydia insiste donc sur l'importance de prier pour nos défunts afin de favoriser leur évolution sur le plan spirituel.

Une question m'importait particulièrement : « mais comment donc notre médium reçoit-elle ses informations? Est-elle plutôt clairvoyante ou clairaudiante ? »
« Les deux » me répondit-elle vivement, en ajoutant qu'elle pouvait aussi bien voir ou entendre la personne décédée ou un guide à travers son oreille droite en général. Mais le meilleur support pour elle consiste en une photo qui lui permet d'être en contact avec le « moi lumineux » d'une personne, ou son âme autrement dit.
La médium agit ainsi en dédoublement, la photo s'anime et elle peut percevoir toutes sortes de détails concernant la vie de cette personne, vivante ou décédée. E
En observant la photo c'est toute une scène de sa vie qui peut se dérouler sous ses yeux : elle peut voir l'intérieur d'une personne, la voir se déplacer dans sa maison ou l'entendre parler et donc, parfois, la mettre en garde contre certains dangers.
Des révélations concernant l'avenir peuvent aussi survenir même si le consultant ne les a pas demandées.
En effet il est important de savoir que dans l'astral le temps n'existe pas et qu'il est par conséquent très difficile de dater une prédiction. Certaines personnes sont parfois déçues quand sa réalisation tarde, il peut arriver de patienter plusieurs années mais en fin de compte le consultant, le plus souvent, ne peut que reconnaître l'exactitude de la prédiction.

Si la médium perçoit des informations concernant le passé et l'avenir elle est aussi en mesure de nous mettre en contact avec nos défunts : où se trouve alors la frontière entre voyance et médiumnité? En existe-il une d’ailleurs ?  
La réponse de Lydiana est claire : ce n'est pas elle qui choisit, elle n'est qu'un instrument. Elle ne donne que ce qu'on lui donne. Certaines entités viennent, d'autres pas, elles ne se nomment pas toujours même si elles sont bien présentes.
Les informations concernant l'avenir sont mêlées à d'autres et souvent transmises par des guides mais la médium ne peut trier les informations, elle ne fait que transmettre fidèlement les messages reçus.
Pour illustrer cela Lydiana me livre une anecdote : en consultation avec un jeune antillais surgit soudain le célèbre humoriste Coluche qui dit au jeune homme vouloir l'aider dans sa carrière de comédien. La rencontre alors tourne au comique quand Coluche déclare avec son franc-parler : « tu lui files une réduc, il a pas d’fric ! ». Quelle meilleure façon de s’identifier ? Mais l'histoire ne s'arrête pas là car notre médium fut bien récompensée de son geste généreux : le soir-même Coluche lui livra les numéros du loto, du montant exact de la « réduc » accordée. 

Coluche devint un visiteur régulier s'adressant à elle sur le ton familier qu'on lui connaissait.
En visite au cimetière où repose l'artiste Lydiana s'entendit interpeler « Hé, banane ! », ce qui représentait pour Coluche une marque d'affection, et il reprit « fais pas comme tous ces c..., j'suis pas en bas, j'suis en-haut ! ».
Existe-t-il témoignage plus convaincant ?
Par la suite Coluche continua à se manifester et à délivrer des messages par l'intermédiaire de son amie. Mais il ne fut pas le seul, Édith Piaf et Claude François se manifestèrent aussi, ce dernier au cours d'une émission de télévision en direct qui était pourtant prévue pour piéger les médiums. Une photo du chanteur permit à Lydiana de donner une information si précise qu'elle confondit les animateurs.
Des « clins d'œil » de célébrités, la jeune femme en eut souvent mais elle juge que, comme pour les autres personnes décédées, son rôle est de prier pour eux.

Mais il y eut bien d'autres manifestations encore plus spectaculaires : une dame dont le fils était décédé dans un accident se présenta chez notre médium et en cours de consultation les deux femmes virent une plume dorée se matérialiser sur la table... quel joli cadeau pour cette maman éprouvée ! Et magnifique témoignage de la continuité de la vie et des facultés étonnantes que manifestent nos défunts.
Surprenantes aussi des odeurs de nicotine ou de parfum exhalées en consultation, très caractéristiques du défunt et qui ne pouvaient émaner d'aucune autre source identifiable.

Tous ces témoignages de la survie après la mort nous impressionnent et nous interrogent.
Nos défunts semblent si proches, si vivants, comment peut-imaginer leur vie de l'autre côté ? Est-il possible de faire un parallèle avec la nôtre ?
Lydiana répond très clairement : oui, leur vie ressemble étrangement à la nôtre, leur monde ressemble au nôtre mais en positif, pas de souffrance, pas de guerre mais des couleurs, des fleurs, des minéraux magnifiques.
Les êtres désincarnés ont toutes sortes d'occupations, ils travaillent pour aider les terriens ou à leur propre évolution. Il y a l'école sur la Terre mais aussi l'école dans l’Au-delà.
Certains préparent leur prochaine incarnation et dans ce cas on ne peut plus les contacter. Les âmes qui choisissent de ne pas se réincarner peuvent se diriger vers différents plans du monde spirituel suivant leur degré d'évolution. Il existe bien d'autres mondes dans l'univers vers lesquels certains se dirigeront.

La réincarnation donne une chance de se racheter et d'apprendre mais tous ne saisissent pas cette chance et recommencent les mêmes erreurs, hélas. Dans ce cas ils risquent fort d'aboutir dans un lieu de souffrance qu'ils se sont eux-mêmes créé. En dernier ressort, s'ils ne s'amendent pas, il est possible qu'ils finissent par être totalement désintégrés.
D'après Lydiana l'une des fautes les plus graves qu'une personne puisse commettre sur cette terre est de se servir des forces occultes négatives. Elle constate une recrudescence de la magie noire qu'elle considère comme un véritable crime.
Certaines personnes considérées comme malades mentaux sont en réalité investies par des entités malveillantes ce qui est difficile à accepter pour la médecine moderne.
Pourtant un praticien de sa connaissance fit l'expérience de la communication avec son père décédé ce qui lui prouva bien l'existence d'esprits désincarnés. Et lui permit de considérer et traiter différemment ces malades particuliers souffrant d'une pathologie inexplicable pour la médecine classique.

Nous constatons donc que la vie ne se limite pas à la dimension visible mais qu'il existe aussi d'autres univers inaccessibles à nos sens pour la plupart d'entre nous, des univers peuplés d'autres êtres qui, pour être invisibles ne sont pas forcément désincarnés.
Lydiana eut l'occasion d'en rencontrer en médiumnité : deux personnages revêtus de vêtements métallisés voulaient qu'elle les accompagne mais sur son refus ils n'insistèrent pas, fort heureusement ! Comme preuve de leur passage elle retrouva un morceau métallique de leur accoutrement qui n'a jamais pu être identifié.
Une autre fois elle put observer une énorme boule orange se déplaçant sur un plan horizontal. Elle se mit à prier pour communiquer avec cette « chose » étrange et elle s'aperçut que la boule réagissait à ses suggestions. On peut supposer qu'il s'agissait d'un véhicule habité par des êtres pensants.

Mais comment peut-on vivre ces évènements en gardant sa sérénité ?
Lydiana déclare qu'elle garde bien les pieds sur terre, tâchant toujours d'analyser ces phénomènes en vérité insolites ! En état de médiumnité elle perçoit ce que nous ne pouvons percevoir mais cela ne l'empêche pas de rester critique et lucide devant ces évènements extraordinaires.

Pour terminer cet entretien si riche je demandai à Lydiana comment elle concevait son rôle de médium. Il est vrai que l'appellation « médium » contient déjà la réponse puisque ce mot signifie « intermédiaire », en l'occurrence entre la Terre et le Ciel, entre le monde des vivants, bien matériel, et celui des morts, bien vivant lui aussi ! Même s'il reste invisible à nos yeux car vibrant sur une fréquence plus élevée que la nôtre.
Mais Lydiana me livre une jolie expression : elle est dit-elle, pour nombre de ses consultants, une « carte postale », envoyée par ceux d'en-haut à ceux qui ont restés sur terre pour transmettre leurs messages d'amour.
Mais en définitive son rôle consiste surtout à aider les gens, témoigner que la mort n'existe pas, qu'il y a beaucoup d'amour de l'autre côté, qu'ils sont tout amour pour nous. Mais qu'il est aussi important de leur manifester notre amour en priant pour eux afin de les aider dans leur prise de conscience et leur évolution.

Merci Lydiana pour ce magnifique témoignage qui nous conforte dans notre conviction que la mort n'est qu'un passage vers un Autre Monde plus beau, plus doux que celui où nous faisons notre apprentissage. Conviction aussi de retrouver ceux qui nous sont chers par l'amour qui nous unit.

Béatrice,


Informations :

-Les coordonnées de Lydiana :
Adresse mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Téls privés en France : 01 46 57 41 10 ou portable/GSM : 06 64 28 35 92.


-Lydiana sera en Belgique lors d’une conférence de l’association « l’Autre Rive », le 10 octobre 2010 à Nivelles, hôtel Relais d’Arbois,34 Rue de la Montagne 1460 Ittre.

Pour informations de cette journée : contacts « Autre Rive » :
Sabrina Verdoncq, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Anoushka Bulthée :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.     
 

 

 
Copyright © 2018 Mélonic. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Agenda

Tout l'agenda

Newsletter

Pour la recevoir entrez votre nom (Name) et votre Mail (Envoyer)