Accueil Articles Pour les pros, exemples de méthodes pour la TCI par l'informatique avec des logiciels gratuits.
Pour les pros, exemples de méthodes pour la TCI par l'informatique avec des logiciels gratuits. Imprimer Envoyer


INTRODUCTION


La TCI (audio ou vidéo) n’est pas une découverte récente.
Je ne traite ici que de l’audio, je n’ai pas d’expérience en TCI vidéo.
Réalisée avec des appareils basiques (magnétophone de bas de gamme) elle est accessible à tous.
Point n’est besoin de matériel haut de gamme et onéreux, cela n’apporte rien aux résultats, voire même les rend inexistants.
Si vous lisez ce texte, c’est que vous avez probablement un ordinateur.
L’informatique d’entrée de gamme est devenue accessible financièrement pour la grande majorité et dès lors, il me paraît judicieux d’adapter la TCI aux techniques modernes.
Il devient d'ailleurs difficile de trouver des magnétophones à K7 et les K7 elles-mêmes !
De plus, grâce aux cartes son, dont la sensibilité et la dynamique sont de loin supérieures aux caractéristiques des magnétophones, les résultats des enregistrements et leur exploitation n’en sont que plus aisés. Mais autant vous l’indiquer
tout de suite, nous n’en sommes pas encore arrivés à la qualité téléphonique. Pour l’instant, l’usage d’un casque à l’écoute reste indispensable, tant le niveau audio des messages peut-être parfois extrêmement faible. Et justement, ce niveau faible apparaît grâce à l’informatique alors qu’il ne pouvait l’être sur bande magnétique (soit inexistant, soit la tête de lecture du magnétophone ne pouvait la détecter).

Pour rester dans l’accessibilité au plus grand nombre, je propose l’emploi de logiciels gratuits. Que les auteurs en soient remerciés !
Je reste également dans l’usage avec Windows, sachant qu’ils sont tous les deux exploitables sous Linux car Audacity existe en version Windows, Linux et Mac.
Pour EVPMaker, il est utilisable sous Linux grâce à l’émulateur Windows WINE (je l’ai testé).

Je ne vais expliquer ici que l’emploi des fonctions de base des logiciels pour l’usage qu’on en attend dans le cadre
de la TCI ; vous serez amenés à réaliser vos propres expérimentations : niveaux, type et emplacement du microphone, lieu d’enregistrement – le salon ou la chambre ? près d’un lac ou dans les bois ? -, modèle de casque, support audio ou non pendant l’enregistrement, plus tard les fonctions évoluées de filtrage et effets d’Audacity etc.
Tout cela pour ne pas que vous soyez tenté de vous « enfermer » dans une méthode. En définitive c’est pour vous pousser, à oser,  à rechercher à améliorer vos résultats, puis à les faire connaître ! Une de mes maximes depuis des décennies est :
« le savoir ne vaut que si il est partagé ».
Je reste persuadé que beaucoup de personnes « candides » ont amené de grandes découvertes, plus ou moins
par hasard. Je vais essayer d’être le moins « technique » possible. Si un ingénieur du son lit ce document, je serais
flatté d’obtenir de sa part tout commentaire utile !
Donc, puisque je les ai cités plus haut, il est temps que vous téléchargiez et installiez les deux logiciels :

Pour l’édition et l’écoute :
http://audacity.sourceforge.net/about/?lang=fr
Pour l’enregistrement : EVPMaker (en anglais ou allemand) :
http://www.stefanbion.de/evpmaker/index_e.htm
EVPmaker vient du terme Electronic Voice Phenomena (Phénomème de Voix Electronique) et Maker de « Fabrique »
ou « Outil »
Ces liens sont vérifiés à la date de rédaction de ce document, soit Décembre 2010.
Il existe d’autres logiciels pour le son, mais les prix sont assez élevés.


Présentation des logiciels


-AUDACITY pour la lecture et l’édition des fichiers sonores.

Certains expérimentateurs utilisent toujours leur magnétophone pour enregistrer puis ensuite transfèrent le message enregistré vers l’ordinateur afin d’utiliser des filtres. Cela me paraît un peu complexe, et ne peut pas faire apparaître
ce qui n’est pas sur la bande magnétique (la sensibilité et la dynamique des K7 restent les mêmes).
Audacity peut enregistrer en direct des sons issus d'un microphone, des indicateurs de niveau vous permettent de
contrôler les niveaux sonores avant, pendant et après enregistrement.
Il permet d’éditer facilement tout fichier sonore (.WAV .MP3…) avec couper, copier, coller et effacer.
Il permet également de modifier la hauteur sans altérer le tempo, et inversement, de supprimer les bruits de fond
stationnaires, de « jouer » sur les fréquences avec l'équaliseur, les filtres, l'effet d'amplification des basses, d’ajuster
les niveaux sonores avec les fonctions de compression, d'amplification et de normalisation.
Fonctionnalité importante pour nous : Ralentir (et accessoirement) augmenter la vitesse de défilement du message,
voire à le faire passer à l’envers. Nous nous limiterons à l’emploi de fichier brut WAV, car il n’y a pas de compression,
donc pas de risque de dégradation de contenu.

Je vous propose de n’utiliser que la fonction de reproduction du son; c'est-à-dire que nous enregistrerons avec l’autre
logiciel EVPMaker.
De même, ce ne sera qu’après une prise en mains des fonctions de base d’Audacity que vous pourrez en exploiter
tous les filtres et effets. Si vous essayez de tout faire tout de suite, cela pourrait vous paraître trop complexe.

Vous pourriez très bien utiliser Audacity en enregistrement, faites-le si vous voulez ! Vous devrez donc utiliser les effets (disponibles dans le logiciel) d’amplification à la lecture. Bien que nous ne connaissions pas encore vraiment
comment les messages TCI sont réellement fabriqués, je pars du principe qu’il vaut mieux amplifier au moment de l’enregistrement plutôt que de le faire de façon importante à l’écoute.
En fait, le mieux est de savoir doser finement cette amplification aux deux périodes, enregistrement et écoute, c’est là
que vos expérimentations ont aussi leur place !
Néanmoins, si vous voulez enregistrer avec Audacity n’employez pas, pour la sauvegarde de votre fichier son,
« enregistrer le projet » mais « exporter » et utilisez le format WAV.


Dans un premier temps, voici à quoi ressemble le « panneau » d’Audacity.

alt

Pour vous entrainer à utiliser les fonctions de base, chargez un fichier déjà existant, musique ou autre.
Le nom de fichier apparaît en haut à gauche de la fenêtre. Le « spectre » apparaît au milieu de la fenêtre, il s’agit d’une représentation visuelle des amplitudes (son de niveau élevé ou faible) et de la représentation temporelle.
Afin de mieux visualiser, utilisez le zoom. Cela vous permet d’afficher une portion, quelques secondes du fichier, sur
la largeur de la fenêtre pour vous y repérer ou sélectionner plus facilement et précisément une zone. (Vous avez des
« compteurs » début et fin de sélection, en bas à gauche de la fenêtre).
Dans le cadre de la TCI il faut écouter par petit morceau, petite durée de temps, 3 à 5 secondes. Ici, c’est bien
plus facile qu’avec un magnétophone.
Chose intéressante, lorsque vous appuyez sur la flèche verte (lecture) en appuyant également sur la touche
majuscule (shift)* de votre clavier, la lecture de la sélection se fait en boucle (à vitesse normale, voir plus bas
pour la vitesse). La flèche verte se transforme en un symbole rappelant la lecture en boucle.
*! Par erreur sur la copie d’écran j’ai écrit avec la touche CTRL.. Permettez-moi de ne pas tout reprendre et refaire
une nouvelle copie d’écran ;-)

En haut à gauche, vous avez des touches classiques de magnétophone avec lecture (flèche verte), la pause, l’arrêt, etc. l’enregistrement est déclenché par l’appui sur la touche avec un rond rouge.

A droite de ce panneau, il y a 2 curseurs qui permettent de régler le niveau d’enregistrement ou de lecture, niveaux
qui sont visibles sur des vumètres.
Vous pouvez également amplifier l’écoute par un curseur qui se trouve dans le volet au milieu, à gauche de la fenêtre.
Allez-y doucement pour ne pas vous exploser les tympans. Grâce à la visualisation du spectre audio, vous pouvez
anticiper l’arrivée d’un son très fort, et ainsi prévoir de baisser le volume sonore et protéger vos oreilles.
J’utilise un casque avec une molette sur le cordon qui me permet de modifier le niveau sonore sans toucher au
réglage du logiciel, ce qui me paraît très pratique.

Toujours dans ce même volet, il y a la balance, qui permet d’envoyer le son plus à droite ou plus à gauche. Moi qui
suis sourd de l’oreille droite, j’envoie tout le son vers la gauche. Je ne sais pas si cela peut-être utile aux personnes
qui ont deux oreilles fonctionnelles. D’ailleurs, j’utilise le logiciel en version mono (et pas stéréo).
Voyez sur la copie d’écran suivante. Cela ne donne que le dessin d’une seule piste, du coup c’est plus clair.
Pour cela utilisez le menu « pistes », « piste stéréo vers mono ».
A tout moment, vous pouvez annuler une action en appuyant sur les touches CTRL Z

Fonction très intéressante : En TCI vous avez remarqué, ou vous remarquerez, que le débit de parole n’est pas
identique au notre. Souvent il est plus rapide, parfois au même niveau, très rarement trop lent. Le curseur en haut
à droite,* permet de modifier la vitesse (le tempo).  Allez-y doucement… je pense qu’il n’est pas nécessaire de réduire
en dessous de 0.8 (80%).
Dans ce cas, pour déclencher la lecture, vous devez cliquer la flèche verte à gauche de ce curseur, car le bouton
principal de lecture, dans le panneau magnéto en haut à gauche de la fenêtre, ne prend pas en compte la variation.
D’ailleurs, peut-être qu’à force, vous n’aurez plus besoin de modifier la vitesse et que votre cerveau s’adaptera.
L’inconvénient de modifier le tempo, c’est que cela change aussi la hauteur du son, le « pitch ».
(Ralentir = devient grave).
Dans le menu effets, il est possible de modifier la vitesse sans modifier le pitch.
Permettez-moi de vous conseiller de l’utiliser que quand vous serez entraîné à la manipulation basique du logiciel. Personnellement, je ne l’utilise pas, pas plus que les autres filtres.


* comme beaucoup de logiciels actuels, l’utilisateur peut modifier l’emplacement des barres d’outils. Donc je donne les explications avec les positions par défaut. 

alt
 

-EVPMaker pour effectuer les enregistrements.

Stefan BION, un Allemand, a créé ce logiciel pour diverses expériences autour des EVP.
Pour tout vous avouer, je n’ai pas tout compris, et même je n’ai pas trop cherché ! Il semble que les allemands soient
plutôt en avance en TCI, et expérimentent beaucoup.
Je n’utilise qu’une partie de ce logiciel : l’amplification au moment de l’enregistrement et donc sa fonction d’enregistreur numérique.

Voici à quoi ressemble la fenêtre d’EVPmaker une fois lancé. Nous n’allons utiliser que les boutons du haut.
(Symboles de sauvegarde ou de touches de magnétophone). Le reste de la fenêtre ne va pas nous être utile. Dès que
vous cliquerez sur la touche avec le rond rouge, une petite fenêtre va apparaître : 

alt
 


  
alt


Cela permet d’effectuer des réglages d’échantillonnage (sample rate). Autrement dit, de découpage informatique.
Plus les chiffres sont élevés, plus le nombre de découpes est important et plus, en principe, la fidélité de reproduction
sera élevée.
Bien entendu cela demande plus de ressources machine. Si votre ordinateur est peu puissant, il va avoir du mal à suivre. D’autre part, comme nous n’aurons pas de messages HIFI, des valeurs moyennes seront suffisantes. Pour la raison
indiquée plus haut, je n’utilise que l’enregistrement en mono, je n’ai que faire de la stéréo. Mais faites vos propres essais !
Par contre, permettez-moi de  vous conseiller de laisser, ou de cocher, la case dans la partie amplitude. Ainsi l’enregistrement est « mormalizé », c'est-à-dire qu’il y a un nivellement pour éviter un trop grand écart entre les signaux forts et les signaux faibles.

Lorsque vous aurez cliqué sur le bouton START, l’enregistrement va démarrer. Vous verrez apparaître un vumètre avec un curseur sur sa droite. Cela permet de régler le niveau d’enregistrement / amplification. Je coche la case en haut à droite
« BOOST » qui enclenche l’amplificateur. Puis, je fais glisser le curseur pour amplifier plus ou moins. Suivant le micro utilisé et l’environnement, je change quelque peu la position du curseur

Lors de l’enregistrement, en bas à droite de la fenêtre principale du logiciel (voir ci-dessous), un compteur indique le temps d’enregistrement. Limitez-vous entre 3 et 5 minutes.
N’oubliez pas que pour exploiter l’enregistrement vous allez avoir besoin de une à deux heures, surtout au début. La phase écoute est aussi très fatigante car elle demande beaucoup de concentration (ici vous voyez un fichier d’une heure,
3 secondes et 715 millisecondes !).
Une fois la durée d’enregistrement atteinte, cliquez sur le bouton en haut à droite (stop) ou encore appuyez sur la touche
F8 de votre clavier. L’enregistrement est fini, mais pas encore sauvé !
Pour le sauver, cliquez sur le bouton avec le dessin de disquette, et suivez la procédure habituelle (choix du dossier,
nom de fichier).
Enfin, sachez que par défaut, quand vous relancerez EVPMaker, il reviendra toujours sur le dernier enregistrement effectué. Donc soyez prudent pour ne pas effacer ou réenregistrer sur vos fichiers. (Faites des copies de vos fichiers).
Vous voilà donc en possession d’un fichier sonore en .WAV que vous allez pouvoir exploiter avec Audacity.
 
alt


alt


En guise de conclusion.

J’espère que ces quelques indications vous seront utiles pour réaliser des enregistrements et surtout pour pouvoir les
écouter, comme je dis les décoder.
Soyez attentifs à l’écoute, vous pourriez passer « à côté » de sons très faibles.
La fonction ZOOM sur le spectre visuel aide bien.
Il n’y a pas de mystère, c’est en forgeant que vous deviendrez forgeron. Malgré l’aspect compliqué, c’est vraiment très simple d’utiliser les deux logiciels.
Ensuite, je suis persuadé que vous saurez les exploiter plus à fond, probablement plus que moi. Je suis fainéant, je n’utilise que les fonctions de base


-QUELQUES PISTES

Pour enregistrer :

J’ai fait différents essais, il y en a encore plein à faire. Il y a de plus en plus de sites internet, mais aussi de livres qui vous proposent des techniques.
Ici, l’emploi de micro extérieur ne m’a jamais donné de meilleurs résultats. Sur mon ordinateur portable j’utilise le microphone intégré (sur le PC de bureau, je n’ai pas le choix, il n’y a pas de micro intégré).
Nicole utilise toujours un micro externe.
Avec un PC fixe, ne laissez pas traîner les câbles au sol, surélevez les.
Si vous utilisez un PC portable, utilisez le sur batterie pendant l’enregistrement, coupez le WIFI.

Certains utilisent un support radio ou cassette. C'est-à-dire qu’ils utilisent la radio en fond sonore où la langue utilisé est de l’Allemand, du Russe ou de l’Hébreu. Dans ce cas, mettez le volume de la radio plutôt faible, à peine perceptible ou alors comme Nicole, volume normal pour mieux percevoir la différence entre l'allemand et le français. Chacun ses habitudes. 
J’utilise rarement cette technique. Je n’emploie pas de support audio (radio, bruit d’eau, papier froissé etc.). Je reçois donc des messages très faibles « soufflés », mais j’obtiens des phrases complètes.
Mais je n’ai pas dit que la technique avec support n’est pas bonne ! Je suis sur qu’il y a matière à expérimenter pour les supports, emplacements etc. et j’ai quelques idées en tête.
Evitez d’enregistrer sous un éclairage au Néon. Cela crée des interférences. Les lampes dites à basse consommation émettent un rayonnement électromagnétique (eh oui ! on vous l’a caché ??), donc dans ce cas vous êtes sur d’enregistrer beaucoup de bruits parasites.

La TCI provoque de la fatigue au moment de l’écoute. Donc, vous l’avez compris, il faut être en bonne forme physique et mentale.
Surtout et de grâce, ne vous y lancez pas si vous êtes déprimé ou malade ! Au début, essayez avec quelqu’un d’expérimenté qui saura vous guider. De plus en plus de personnes pratiquent, mais il n’est pas encore aisé pour tous d’en faire état.

Lors de l’enregistrement, si vous voulez mettre une photo, une bougie, de l’encens, faites-le. C’est vous qui ressentirez si vous en avez besoin ou pas, je n’utilise pas d’artifices. De mon point de vue ils ne sont pas nécessaires, mais si ils le sont pour vous, ne vous en privez pas. Mais ce qui est indispensable : Avoir du respect ! Il ne s’agit pas là d’un jeu.
Vous pouvez prier, vous recueillir, remercier ; mettez les mots qu’il vous convient. La TCI n’a rien à voir avec telle ou telle religion ou dogme.

Mise en Garde :
Au début j’ai pratiqué sans solliciter de « protection ». J’ai reçu des messages d’insultes et autres grivoiseries. Voire des messages « flippants ».
Avant de démarrer votre enregistrement, demandez une protection de votre communication. A qui ? Eh bien c’est vous
qui voyez. Si vous avez une religion, vous savez à qui vous adresser. Il peut aussi s’agir d’ange gardien, de guide spirituel, de guide de Lumière, plus simplement votre protecteur … Votre cœur sait à qui s’adresser ! A la fin de l’enregistrement,
n’oubliez pas de le remercier.
N’enregistrez pas trop longtemps. La « protection » disparait si vous dépassez 10 minutes.
Tout comme vous ne téléphoneriez pas tous les jours, plusieurs fois par jour, pendant 3 heures à la même personne, en fussiez-vous amoureux, faites de même pour la TCI. Soyez raisonnable….

Quelques liens (non exhaustif) Google est votre ami ! :

http://www.sourcedevietoulouse.com/index.php

http://notreexperience.actifforum.com/temoignages-phenomenes-inexpliques-f3/tci-t104.htm

http://www.outre-vie.com/contacter/channels/channelsjdctci.htm

http://www.mondenouveau.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=92&Itemid=48

http://www.melonic.be/j/index.php?option=com_content&view=article&id=110:a-propos-de-la-tci&catid=58:articles&Itemid=87


Merci aux relecteurs qui m’ont permis de compléter et préciser certains points de ce document.

Mon adresse email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Nouvelle adresse à partir de janvier 2015: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 
Je veux bien vous aider, mais pensez que je ne peux pas forcément répondre dans la minute. Donc inutile me de me mettre
« URGENT », ou « IMPORTANT » ; en plus je suis susceptible, un bonjour, un merci, un français compréhensible ainsi qu’un minimum de soin dans la rédaction du message me sont des choses indispensables.

Soyez-sur d’avoir fait les quelques efforts nécessaires lors de vos essais avant de me solliciter. Ne m’envoyez pas vos fichiers sonores, je n’aurai pas le temps de faire les écoutes pour vous.
Par contre, n’hésitez pas un instant pour me faire connaître vos résultats et/ou vos expériences.

Jean-Philippe Buchet, France.




 

 
Copyright © 2018 Mélonic. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Agenda

Tout l'agenda